Blanc de seiche et poivrons !

Ce matin, en allant faire mes courses, je suis tombée sur de très belle seiche et je me suis laissée tenter à les acheter même si je n’avais aucune idée de comment les cuisiner. J’ai voulu les faire revenir à la poêle dans de l’huile, mais on ne peut pas toujours avoir le résultat que l’on veut. Les blancs de seiche étaient en fait gorgé d’eau et j’ai dû vider la poêle plusieurs fois pour espérer que mes lamelles grilleraient et seraient dorées mais c’était trop espéré. J’ai émis l’hypothèse que les blancs de seiche auraient été congelés ! Enfin comme je vous dis, ce n’est qu’une hypothèse mais j’irai bien demander à ce magasin !

Enfin voilà la recette :

3 blancs de seiches

1 poivron rouge

3 gousses d’ail

3 càs d’huile

Sel et poivre

Coupez vos blancs en lamelles. Préparez une poêle avec les 3 cuillères à soupe d’huile, faites-la chauffez au maximum. Lorsque l’huile est bien chaude, placez-y vos lamelles et faites les dorer (en espérant qu’elles dorent). En attendant, coupez le poivron en petits morceaux. Lorsque que les seiches sont bien prises, ajoutez les 3 gousses d’ail, salez et poivrez et mélangez bien.

Ajoutez ensuite le poivron et laissez dorer avec le tout. Faites attention à ne pas trop les faire cuire, laissez maximum 12 minutes sur le feu. Lorsque tout est prêt, servir aussitôt !

Bonne dégustation !

Mon substitut au Nutella ou autre pâte à tartiner !

Lorsque mon test au lactose a été positif, j’ai tout de suite regardé mon Nutella et je lui ai dit au revoir ou plutôt adieu ! Mais mon envie de pâte à tartiner était beaucoup trop forte, j’ai donc cherché et trouvé dans un magasin Bio de ma ville. J’ai été tout d’abord très pessimiste en me disant que rien ne pourra remplacer mon amour pour le Nutella, mais je dois dire que comme à mon habitude, je parle trop vite.

J’ai rencontré monsieur Chokénut il y a quelques mois et il me comble de bonheur ! Il est beaucoup moins gras que le Nutella et le plus de ce produit est qu’il contient de petite bille croquante de noisette. C’est un vrai délice enfin à mon humble avis.

Essayez-le et vous en serez ravis, croyez-moi !

Bonne dégustation !

Un repas de roi ou plutôt de reine !

Bien heureusement, je ne suis pas la seule à cuisiner chez moi et ma soeur partage la même passion que moi pour les bons repas. Aujourd’hui, je lui ai laissé la toque et les fourneaux, il est toujours bien de se laisser tenter par une cuisine différente de la sienne ! C’est donc aujourd’hui que cet échange de cuistot s’est passé et j’en ai été assez ravie. Ma soeur est une excellente cuisinière et je raffole des mets qu’elle fait. Je dirais qu’elle se penche plutôt vers les saveurs asiatiques : wok, nouilles chinoises, gyoza, … C’est toujours une surprise de découvrir ce qu’il se trouve dans son assiette.

Cette fois-ci, elle s’est éloignée de ses plats traditionnels pour ce pencher sur du canard, une purée de pommes de terre et carotte et des princesses fraîches. Rien de mieux qu’un canard rosé pour dîner/déjeuner, il ne manquait plus que le verre de vin rouge et on se croyait au restaurant !

Donc voici une petite idée de plat très facile à réaliser à condition de ne pas trop cuire le canard, à faire dorer sur le côté contenant la graisse pendant une dizaine de minutes.

Si vous voulez découvrir quelques recettes asiatiques confectionnées par ma soeur, voici son blog assez récent consacré à la culture japonaise où vous pourrez découvrir des mets japonais !

Bonne dégustation !

Meringue géante !

Aujourd’hui j’ai enfin essayé mon cooking chef de Kenwood, un peu hésitante, j’ai commencé par une recette très facile qui me permet de me familiariser avec cette machine. J’ai été absolument stupéfaite du résultat, de plus la machine ne fait pas autant de bruit que cela (sauf pour mon chat qui a écarquillé les yeux pleins de frayeur).

Je me suis donc empressée d’ouvrir mon Kenwood, même si cette ouverture était un vrai casse tête que j’ai résolu après une bonne minute, ensuite j’y ai introduit le batteur pour faire monter mes blancs en neige avec le sucre. La meringue que j’ai obtenue, était tellement ferme qu’elle n’arrivait plus à se décrocher du batteur et du récipient.

J’adore la meringue, malheureusement même si cela est très bon et facile à faire, je le déconseille car c’est une grande perte d’énergie que d’utiliser son four pendant cinq heures. Si vous voulez vraiment la faire vous-même faites-en pour un régiment, comme cela vous pourrez la conserver et la perte d’énergie sera compensée.

Ma première impression de cette machine est excellente, j’ai vraiment hâte de recommencer une nouvelle recette et d’utiliser cette fois-ci la totalité des fonctions de ce cooking chef. Peut-être me tenterais-je à ce risotto auquel je pense depuis quelques jours ou bien un bon pain, ne sait-on jamais je changerai encore d’avis !

Recette pour une meringue vraiment géante :

4 blancs d’oeufs

250g de sucre glace ou impalpable

Avant toute chose, préchauffez votre four à 120°C.
Battez au batteur électrique ou bien avec un robot multifonction vos blancs d’oeufs avec le sucre impalpable pendant 10 minutes. Lorsque ceux-ci sont monté et sont bien fermes, étalez la meringue sur une feuille de cuisson et enfournez-la dans le four en diminuant la température à 110°C pendants 4 à 5 heures.
Si votre meringue brunie fortement ouvrez la porte du four. Quand vous la sortirez du four, elle sera prête à être mangée car elle refroidit très vite. Sur les photos, vous pouvez remarquer que ma famille et moi, nous nous sommes amusés à décorer notre meringue d’une manière assez spéciale. L’inspiration du moment et le temps pourri nous auraient peut-être influencés qui sait. Autant qu’il neige si la pluie est toujours là !

Bonne dégustation !

Un an de plus et un cadeau inattendu !

Il y a quelques jours j’ai fêté mes 20 ans et j’ai reçu un cadeau vraiment inattendu ! Si je vous en parle c’est bien entendu qu’il s’agit de cuisine et surtout d’un robot multiusage mais pas n’importe lequel ! Je ne sais pas si certains d’entre vous ont entendu parler du cooking-chef de Kenwood ?

J’ai rencontré pour la première fois ce robot sur un site internet que j’adore et qui est une référence pour moi : francechef.tv ! Malheureusement, moi qui recherchais des recettes de dessert aussi bonnes que belles, je me suis retrouvée avec des recettes très attrayantes mais dont la réalisation nécessite l’obtention de ce cooking chef ! J’ai donc pendant un petit temps cherché ailleurs mes recettes jusqu’à retomber un jour sur ce robot dans une pub et mes yeux ne s’en sont pas décrochés. J’ai fais des recherches jusqu’à me rendre compte du prix de ce petit bijou et j’ai vite laissé tomber mon envie de l’acheter n’étant qu’une simple étudiante sans revenu !

Cet appareil n’était alors vendu qu’en France et est arrivé cette année en Belgique dans nos magasins. J’ai dû en parler à ma famille car en ouvrant un cadeau plus que volumineux il y a deux jours, je suis tombée sur ce magnifique Kenwood. Et j’en suis restée bouche-bée ! Ce qu’il faut savoir sur cette appareil c’est qu’en plus d’être volumineux, il est très lourd ! De plus le manuel d’emploi est assez épais mais quand on aime on ne compte pas les pages !

Je n’ai pas encore eu la chance de le tester mais je le ferai probablement cette semaine, j’essaie de trouver LA recette car on oublie jamais la première recette qui sert de test, une sorte de superstition à trouver la recette parfaite. Mais aussi tôt que je l’essaierai je vous en dirai des nouvelles !

Une recette de coquelet.

En allant faire mes courses il y a peu, j’ai trouvé ces petits coquelets en promotion ! Alors l’idée m’est venue d’essayer de trouver une recette pour les rendre délicieux et j’ai directement pensé au vin blanc qui sait se marier parfaitement aux coquelets. Il ne restait plus qu’à découvrir ce qu’il me restait dans le frigot comme mes petites tomates cerises pour donner un goût provençal. Le plat est sorti du four plein de saveurs même si pour moi c’était une première, j’ai eu de bonnes critiques !

Ce dont vous avez besoin pour ce plat : (5 personnes)

4 coquelets

5 pommes de terre

1 boîte de tomates cerises

1 oignon

1 verre et demi de vin blanc

Des épices : provençales si possible

Avant tout chose, faites cuire vos coquelets dans une grande casserole remplie d’eau ainsi que les pommes de terre coupées en cubes. Quand l’eau des coquelets se met à bouillir, sortez les du feu et réservez les. Attendez que les cubes de pommes de terre soit cuits, lorsque vous les piquez avec une fourchette et vous les traversez facilement, sortez les aussi tôt du feu.

Dans un grand plat en pyrex, mettez-y les pommes de terres en cubes, les tomates cerises coupées en deux, les épices et le vin. Mélangez et rajoutez les coquelets sur le dessus en rajoutant un filet d’huile d’olive et en salant le tout.

Mettez le plat dans le four chauffé à 200°C et laissez le pendant 30 à 45 minutes. Juste avant de le sortir du four mettez le plat à griller et lorsque vos coquelets sont dorés et que leurs dessus semblent croustillants, sortez le plat du four et servez !

Bonne dégustation !

Si vous aimez la sole, rien de mieux que cette recette croustillante !

Comme je l’ai déjà dit précédemment, j’adore le poisson sous toutes ses coutures : frits, cuits à la vapeur, au four, etc…  Ici, ma petite cousine a choisi le poisson car elle n’avait jamais goûté la sole et pour être honnête j’avais bien besoin de me remémorer son goût et nous nous sommes mises d’accord sur  la façon dont nous allions la cuisiner. Le croustillant pour moi dans une recette de poisson apporte un plus indiscutable, en m’inspirant d’une recette et des fameux fish sticks, moi et ma petite sous-chef nous nous sommes préparées à lever des filets de soles ce qui n’a pas été chose facile mais avec du temps et de l’effort tous finis par fonctionner !

Dan cette recette, j’ai utilisé du fromage sans lactose de la marque Valio, à vrai dire, ce fromage « sans lactose » sois disant ne fonctionne pas sur moi et  il semblerait que pour une firme alimentaire qui vend un produit sans lactose celui-ci doit avoir une teneur inférieur à un certain pourcentage mais pas égale à zéro. Si sur l’emballage il y a zéro gramme de lactose cela ne veut pas dire qu’il n’y ai pas 0,5 g de lactose. Peut être qu’ils ne sont pas totalement honnête avec nous, les intolérants aux lactoses, ou bien je devrait refaire un essai ! C’est à démontrer, je vous tiendrai au courant.

Pour cette recette vous avez besoin de : (Pour 5 personnes)

5 petites soles entières ou en filets (ce qui ma foi est plus facile à préparer)

100g de farine

3 oeufs

100g de chapelure

100g de fromage Valio sans Lactose

sel et poivre

Une friteuse ou une poêle avec de l’huile de raisin (plus sain pour le santé)

Premièrement, la tâche la plus dure,  levez les filets de soles ( J’exagère fortement, cela prend juste un peu de temps) ! Lorsque les filets sont levés ou si vous avez pris des filets de soles à la place de soles entière, coupez les filets en lamelles dont la largeur ne dépasse pas les 2 cm.

Faites tremper les lamelles dans une assiette de farine que vous avez assaisonné, elles doivent être complètement recouvertes. Ensuite, préparez un bol avec les 3 oeufs et battez-les puis trempez les dedans. Et enfin mélangez la chapelure et le fromage sur une plaque et recouvrez chaque lamelle du mélange. Réservez les sticks sur le côté et allumez votre friteuse ou chauffez votre poêle remplie d’huile.

Vous connaissez la suite, quand l’huile est bouillante, trempez-y vos lamelles et laissez les dorer des deux côtés. Préparez un plat que vous allez recouvrir de papier essuie-tout pour absorber l’excédent de graisse. Placez-y vos fish-sticks bien dorés.

Je vous conseille de préparer une sauce aïoli, pour cela prenez de la mayonnaise, un demi-citron et une gousse d’ail. Mélangez le tout et c’est prêt !

Bonne dégustation !

Comment utiliser votre génoise : un bavarois aux framboises et sans lactose !

Maintenant que la génoise est faite et reposée (https://uneviesanslactose.wordpress.com/2012/07/13/une-genoise-tres-moelleuse/), il est temps de l’utiliser ! J’ai décidé de faire un bavarois parce que c’est un dessert assez léger et fruité donc plus digeste qu’un tiramisu ou qu’un autre dessert chocolaté. Cette recette est aussi très facile à faire et nécessite très peu d’ingrédients !

Pour cette recette vous avez besoin de :

200ml de coulis de framboise

500ml de crème Alpro Soja à fouetter

100gr de sucre

6 feuilles de gélatine

Des framboises surgelées

Premièrement, laissez tremper les feuilles de gélatine dans de l’eau froide. Faites chauffer le coulis de framboise, la crème et le sucre dans une casserole. Lorsque le liquide est assez chaud et que les ingrédients sont homogénéisés (attention a ne pas faire bouillir le mélange) vous pouvez incorporer les feuilles de gélatine et bien mélangez jusqu’à ce qu’elle soit complètement fondue.

Mettre le mélange dans un grand bol pour commencer à diminuer la température. Mélangez, vous remarquerez que le mélange devient de plus en plus compacte. Lorsque le mélange est devenue tiède, commencez à monter le gâteau.

Pour cela, coupez la génoise en deux en utilisant des ustensiles pour garder une hauteur égale. Prenez le même moule que celui que vous avez utilisé pour la génoise. Recouvrez tout le moule de papier aluminium en laissant dépasser un peu pour avoir un démoulage beaucoup plus facile.

Ensuite placez la première couche de génoise dans le moule, parsemez le dessus de framboises et enfin arrosez le tout du mélange coulis/gélatine. Et enfin rajoutez la deuxième couche de génoise, puis le reste du mélange coulis/gélatine et enfin quelques framboises pour la décoration.

Mettez au frigo pendant plus de deux heures. Lorsque le mélange est totalement figé, il est temps de servir froid et en y rajoutant quelques feuilles de menthe.

Bonne dégustation !

Une génoise très moelleuse !

Voilà une recette très facile à réaliser et vous n’avez besoin que de 3 ingrédients : œufs, farine et sucre ! Il est plus facile de réaliser cette génoise si vous avez un thermomètre culinaire car il faut chauffer les œufs et le sucre à 52°C et fouettez légèrement. La génoise est la base de quelques gâteaux, tiramisu et surtout le bavarois !

Pour cette génoise :

4 œufs

125g de farine

125g de sucre

Mélangez les œufs et le sucre et faites chauffez au bain-marie entre 50°C à 52°C, ne pas monter plus haut que 52°C. Ne battez pas trop fort, juste ce qu’il faut. Quand Vous lisez 52°C sur votre thermomètre sortez du feu et fouettez doucement.

Tamisez la farine puis incorporez-la doucement avec une spatule en inclinant votre bol, cela évite que la farine ne retombe au fond du bol.

Lorsque la farine est totalement incorporée versez-la dans un moule beurré et fariné. Laissez au four à 180°C pendant 10 à 15 minutes.

Sortez-la du four et laissez reposer pendant 5 minutes avant de démouler. Puis laissez reposer sur une grille pendant 1 heure. La génoise est alors prête à l’emploi !

Bonne dégustation !

Ma soupe aux raviolis japonais !

Dans la famille, nous sommes très fervents de la cuisine asiatique mais surtout japonaise. Donc c’est aujourd’hui que j’ai voulu tenter de faire des raviolis japonais aux crevettes avec une pâte pour gyoza. Ces raviolis sont accompagnés d’une sorte de soupe/bouillon aux différents légumes.

Pour les raviolis :

1 sachet de 40 disques de pâtes gyoza (vous pouvez en trouver dans les épiceries asiatiques)

300g de crevettes

50g de poireau cuits à l’eau bouillante, coupé en petits cubes

Huile de sésame

Sauce soja

10g  de sésame

1 gousse d’ail pressée ou émincée

Coupez les crevettes en petits cubes, ensuite ajoutez les autres ingrédients. Quand vous avez tous mélangez, commencez à décoller les disques pour les remplir et les refermer grâce à un peu d’eau tiède de la façon suivante :

http://www.youtube.com/watch?v=spsGbDWauf4

Les raviolis sont finis, il n’y aura plus qu’à les mettre dans le bouillon.

Pour le bouillon :

1 carotte

1 oignon

1 poireau

2 cubes de bouillon (1 aux légumes et 1 à la viande)

Les épices : coriandre, échalote, gingembre, poivre de Cayenne, ciboulette sel et poivre.

1 pot de shiitakes frais ou séchés

Remplissez une casserole qui peut contenir 2,5 litres d’eau au 3/4, ajoutez des carottes coupés en lamelles, le poireau coupés en tranche, l’oignon coupé en lamelles, les deux cubes de bouillon, les épices les shiitakes. Laissez bouillir pendant 5 minutes puis laissez mijotez en recouvrant la casserole pendant 20 à 30 minutes.

Quand les légumes sont bien moelleux, rajoutez les raviolis et laissez cuire pendant 3 à 5 minutes. Quand les raviolis sont cuits servez dans de grands bols avec un œufs dur coupés en deux.

Bonne dégustation !